AOC Terrasses du Larzac, Clairette du Languedoc et Coteaux du Languedoc

 

 Accueil
Remonter
Actualités
Historique
De la vigne au vin
Revue de Presse
cavistes partenaires
Acces au Domaine

 

Clairette Blanc 2014 Clairette Rancio 2009 Clairette Blanc 2013

L'AOC Clairette du Languedoc offre des vins complexes alliant générosité et élégance.
Issue d’un seul cépage, la Clairette Blanche, l’appellation est héritière d’une longue tradition
 et a été promue première AOC blanche du Languedoc dès 1948

Clairette du Languedoc: la vieille dame se rebiffe!

30/11/2016 par Les 5 du Vin Poster un commentaire

La Clairette du Languedoc est le premier vignoble de blanc de la région à avoir obtenu l’AOC (c’était en 1948). Et pourtant, la digne vieille dame a bien failli disparaître: il n’en reste aujourd’hui que 90 ha, pour 10 producteurs. Mais la valeur n’attendant pas le nombre des caves, il est urgent de la redécouvrir – et voici pourquoi…

D’abord, il y a l’histoire ; la Clairette remonte sans doute aux Grecs, voire aux Phéniciens, et elle était déjà connue des Romains. Pline en parle. L’échanson de Louis IX aussi. Et puis Victor Rendu, sous son nom actuel, mais aussi sous celui de Blanquette ou de Picardan – selon lui, le Picardan (alias Grosse Clairette, ou, ou Gallet Blanc) est l’ancêtre de la Clairette ; toujours est-il qu’il lui rend hommage en ces termes : «elle donne de la finesse et du feu». Le digne ampélographe du Second Empire souligne aussi que la Clairette a longtemps été utilisée dans des cuvées de rouge – on en trouve d’ailleurs toujours à Châteauneuf-du-Pape.

Notons qu’en Languedoc, elle a longtemps été utilisée comme base pour le vermouth. Ce qui n’a pas forcément aidé à maintenir sa notoriété comme cépage à vin.

Il a fallu une bonne dizaine d’années à quelques passionnés pour sauver l’appellation, aussi bien en doux qu’en sec.

Un cépage particulier

La Clairette ne manque pourtant pas de qualités ; si les vins qui en sont issus présentent une acidité relativement basse, ils compensent généralement par de belles amertumes, et une structure particulière; la peau de la Clairette est riche en polyphénols, aussi ses vins laissent-ils souvent une impression tannique.

En corollaire, les vignerons évitent aujourd’hui de trop extraire, pour éviter dureté et coloration – ils privilégient donc de pressurage direct.

Ce cépage a aussi comme atout une certaine polyvalence ; il se prête aussi bien aux vins secs qu’aux vins doux, aux vins de liqueur et même aux rancios. Cette dernière spécialité a bien failli disparaître, dernièrement, à la faveur d’une réécriture du cahier des charges par l’INAO, mais les vignerons ont tenu bon.

img_8940Charles-Walter Pacaud, un des hommes derrière le renouveau de la Clairette

Deux appellations se partagent aujourd’hui la Clairette comme cépage dominant : la Clairette de Bellegarde (40 ha, dans le Gard) et la Clairette du Languedoc, qui nous intéresse aujourd’hui, et dont les 90ha se répartissent sur 11 communes de l’Hérault, autour de Clermont l’Hérault.

Cet ensemble se divise en 3 grands types de sols: les schistes de Cabrières, les terres blanches (autour d’Aspiran et d’Adissan) et les terrasses villafranchiennes, au Nord.
Les 10 élaborateurs se partagent entre 4 coopératives et 6 caves particulières – dont deux nouvelles cette année, ce qui semble dénoter un regain d’intérêt pour la «vieille dame» du Languedoc…

La Croix Chaptal Clairette Blanche 2014

Un cas d’école pour une belle Clairette vinifié en sec: superbes notes d’anis et de fruits blancs au nez, cédrat et bel amer en bouche. 6 mois en fût, 12 mois en cuve.

La Croix Chaptal Rancio Vendange de Novembre 2010

La robe orange annonce une belle complexité ; le nez confirme, c’est une corne d’abondance d’abricots, de coing et de miel ; la bouche, elle, est plus dans le registre des fruits secs : noix, amandes, pruneau ; la texture est étonnante, plutôt tannique pour un blanc ; les notes d’oxydation (pas dérangeantes) se conjuguent avec une impression de douceur et même une pointe de rôti.
Trois ans d’élevage. VinifIé puis élevé 36 mois en fûts, puis 15 mois en cuve. Michel Smith

http://www.lacroixchaptal.com/